Design sprint: comment bien l’organiser ?

par Déc 20, 2021Marketing

La vie en entreprise est une succession de défis à relever. Parmi ceux-ci, figure la résolution des problèmes et une innovation en continu. Pour y arriver, les entreprises se servent de différents outils qui favorisent l’exploitation des qualités de leurs ressources humaines. Parmi ces outils, se trouve le design sprint, un processus qui permet la créativité et la résolution des problèmes. Design sprint : comment bien l’organiser ? Découvrez la réponse !

La mise en place du design sprint

L’organisation d’un design sprint peut être confiée à un employé de l’entreprise ou à une équipe. L’organisateur sera chargé de sélectionner les participants et de programmer la session. La réussite de cette entreprise repose en grande partie sur sa planification. D’ailleurs, tous les projets ou produits ne sont pas éligibles à ce processus.

Le projet est-il éligible ?

L’organisation d’un design sprint passe d’abord par la détermination de l’éligibilité du projet pour un tel processus. De manière générale, l’idée doit :

  • être un remodelage ou une réorientation d’une réalisation tangible
  • permettre d’apporter une réponse innovante à une difficulté particulière
  • faciliter la collaboration de différents départements sur des enjeux spécifiques
  • guider la mise en place d’un nouveau modèle d’affaires gagnant
  • orienter les choix par rapport à un projet grâce au prototypage.

Il convient de souligner que le processus de design sprint ne sera possible que lorsque les ressources humaines seront disposées à générer des idées pour le changement. D’ailleurs, parfois, il est nécessaire d’impliquer un spécialiste pour obtenir les résultats escomptés.

Le mécanisme de création requiert la détermination au préalable des caractéristiques du produit. Il ne peut aboutir si l’évaluation du marché du produit ou son format n’est pas encore achevée. En effet, le projet doit être clairement défini. Cela permet d’atteindre les objectifs tout en respectant les échéances.

L’équipe est-elle appropriée ?

Les projets soumis au processus du design sprint sont en général assez importants pour mobiliser les meilleurs éléments de l’entreprise ou du département. Étant donné que le design sprint permet souvent à l’entreprise de disrupter un marché ou d’apporter une solution décisive à un problème délicat, les personnes réunies dans ce processus doivent être les mieux placées pour relever le défi.

Ainsi, il faudra procéder à la sélection des meilleurs acteurs en fonction du projet ou du produit. L’équipe peut être composée d’éléments de départements différents. Il faut noter que le choix du sprint master est important. En effet, son rôle dans l’encadrement des participants et la gestion du timing est déterminant. Il peut être l’organisateur ou être choisi par ce dernier. En outre, l’organisation du design sprint peut être confiée à une structure externe. Dans ce cas, elle s’occupe de définir le planning et les participants.

Les sessions peuvent se dérouler au sein de l’entreprise ou dans une salle plus appropriée. Par ailleurs, il faut penser à prévenir et mobiliser les participants plusieurs semaines à l’avance.

Design sprint : le comprendre pour l’organiser

Le design sprint doit être réalisé avec méthode et repose sur des principes simples. Il est similaire à d’autres approches créatives, mais s’en distingue par certaines spécificités. En effet, il se distingue par le prototypage réalisé et les tests effectués dans un court délai. C’est d’ailleurs ce qui fait son succès au niveau des grandes entreprises notamment. Le design sprint est organisé en cinq paliers. Généralement, il se déroule sur un nombre équivalent de jours.

La première phase consiste à s’assurer que le challenge, les enjeux et les circonstances soient clairement définis. Ensuite, des pistes de solutions sont données grâce à l’étude approfondie du problème. La troisième phase est le regroupement et la sélection des meilleures idées dégagées. Par la suite, un prototype est conçu. Enfin, dans la dernière phase, le test est effectué sur le prototype.

Premier jour

Les participants sont briefés sur les opportunités, le marché et les facteurs clés de succès. Ils reçoivent le maximum d’informations sur le projet ou le produit. C’est le moment de faire une analyse complète des forces, faiblesses et menaces. Au terme de cette session, les attentes et les délais sont fixés.

Second jour

C’est la session où les expertises et les connaissances sont mises à contribution. Les intervenants sont invités à faire séparément des propositions. Les contributions peuvent être soumises sous forme d’esquisses. Ainsi, à l’issue de cette journée, un premier tri est opéré.

Troisième jour

Une synthèse ou une agrégation est accomplie pour élire l’idée qui sera « prototypée ». Les enjeux budgétaires, commerciaux et matériels sont analysés. L’adéquation de la proposition avec les objectifs édictés au premier jour doit être établie. Le plan obtenu va servir à réaliser la maquette lors de la session qui suit.

Quatrième jour

Le concept est matérialisé au cours de cette session. L’objectif est de produire un support tangible pouvant être testé. Le résultat doit être accompagné d’un descriptif ou d’un mode d’emploi précis. Les indications doivent être assez claires pour que l’essai puisse être validé le lendemain.

Cinquième jour

Les testeurs procèdent à l’évaluation du prototype. Ils sont choisis en fonction de leurs similarités avec les clients visés. Ainsi, soit la production à plus grande échelle est lancée, soit une procédure d’amélioration est enclenchée. Dans le cas où les tests ne seraient pas du tout concluants, un autre travail de recherche est effectué.